Le mur de l’Atlantique


Je ne sais plus quel a été l’évènement déclencheur, mais il y a quelques semaines de ça, une nouvelle obsession a envahi mon esprit photographique. Celle de photographier les blockhaus du Mur de l’Atlantique…
Le mur de l’Atlantique est un système extensif de fortifications côtières, construit par le Troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale le long de la côte occidentale de l’Europe et destiné à empêcher une invasion du continent par les Alliés depuis la Grande-Bretagne.
Ces fortifications s’étendent de la frontière hispano-française jusqu’au nord de la Norvège. Elles sont renforcées sur les côtes françaises, belges et néerlandaises de la Manche et de la mer du Nord.
Habitant en Gironde, j’avais donc l’occasion de photographier une infime partie de cet ensemble historique.
J’avais donc choisi dans un premier temps de me rendre à Lacanau, et tout particulièrement sur une plage excentrée du centre et donc moins connue. La plage du Lion, étant celle la plus au sud située entre Lacanau-Océan et le Porge.
Malgré le temps maussade annoncé, je m’étais quand même décidée de m’y rendre fin mars. Ayant une bonne heure de route pour rejoindre la côte, j’étais partie tôt le matin afin d’éviter les bouchons de la rocade bordelaise. J’étais sur place aux alentours de 7h peu de temps avant que le jour se lève. De quoi avoir le temps de me réchauffer avec un thé encore bouillant, emmené dans mon thermos. Une fois le jour présent, je suis partie à la recherche des blockhaus. Ne sachant pas exactement où ils étaient situés sur la plage, j’ai emprunté le passage le plus proche de l’endroit où je m’était garée. Et c’était parti pour une longue marche dans le sable, face au vent et déjà trempée par les embruns de l’océan déchaîné. Il m’a fallu tout de même une bonne demi-heure avant d’apercevoir enfin cet ensemble de béton, planté là, presque au milieu de nulle part. Malheureusement, la pluie était également de la partie, et il m’a été difficile de prendre des photos de qualité. La météo m’avait pourtant prévenue, mais bon, c’est ça d’être têtue !

Puis en mai, j’ai décidé de retenter l’expérience sur les plages du Cap Ferret, mais cette fois-ci j’avais bien attendu que la météo me dise « Ok, tu peux y aller ! ».
Les jours ayant commencé à rallonger, le soleil illuminait déjà le Bassin d’Arcachon, ce qui m’a value un beau spectacle à mon arrivée que l’on peut voir ici.
Côté océan, le ciel était plus chargé, ce qui ne m’a pas posé de problème bien au contraire, puisque ça m’a permis de faire ressortir les couleurs des graffitis qui ornent les blockhaus.
Je suis donc allée tout d’abord à la plage de la pointe, occupée seulement par 3 ou 4 pécheurs en Surfcasting, puis à la plage de l’Horizon, appelée aussi plage de l’Océan.

Et là encore petit coup de malchance, puisque la batterie de mon appareil photo s’était totalement vidée. J’ai du re-apprendre à photographier avec mon téléphone portable pour combler un peu ma frustration de ce manque de vigilance d’avant départ. Heureusement qu’il existe des petites applications pour smartphone permettant un post-traitement rapide, afin d’exploiter un minimum de ces quelques clichés (et leur donner un petit côté vintage).


Classés dans :

Cet article a été écrit par Zellecgo le 4 juin, 2015 5:03

9 commentaires

Commentaires